En attendant le mois de mai : visite en Terre Sainte

Deux événements retiendront l’attention dans l’actualité religieuse au cours du mois de mai : la visite du pape en Terre Sainte et la sortie du films Angels & Demons au cinéma. À la lumière des polémiques des derniers mois, une question se pose d’emblée : faut-il s’attendre à d’autres tollés médiatiques ?

Le pape Benoît XVI se rendra en Terre Sainte du 8 au 15 mai (d’un vendredi à l’autre). Il visitera à cette occasion la Jordanie, Israël et les Territoires palestiniens. Il sera d’abord en Jordanie du 8 au 11 mai où il visitera l’une des plus grandes mosquées du monde à Amman, la capitale. La Jordanie compte environ 6,2 millions d’habitants. De ce nombre, à peine 6% sont chrétiens, surtout grec-orthodoxes. Les catholiques ne représentent vraiment qu’une petite minorité. Ce sont les musulmans sunnites qui constituent l’essentiel de la population (92%).

Les moments forts de sa visite papale en Jordanie seront son passage dans cette mosquée et sa visite du mont Nébo, le mont d’où Moïse aurait aperçu la Terre promise par Dieu avant de mourir (Dt 34).

Par la suite, le Saint-Père se rendra en Israël jusqu’à la fin de son voyage. En Israël, il visitera l’Esplanade des mosquées, le Mur des Lamentations et le mémorial de Yad Vashem. Il ne sera qu’une journée dans les Territoires palestiniens, le 13 mai. Il aura alors un message délicat à livrer aux chrétiens palestiniens qui font souvent les frais d’un conflit qui les éclabousse.

Yad Vashem, le moment clef
Son passage au mémorial de Yad Vashem pourrait être le moment clef de cette visite. Il s’agit du mémorial à la mémoire des juifs morts pendant la Shoah qui a été créé en 1953. Or, à l’intérieur de ce mémorial se trouve une photo du pape Pie XII dont la légende explicative évoque un manque de protestation au sujet des massacres des populations juives d’Europe. Le texte de cette légende a été au coeur de plusieurs controverses répétées au cours des dernières années. Pour l’instant, Benoît XVI a indiqué qu’il irait à Yad Vashem mais qu’il ne visiterait pas la salle contenant la photo de Pie XII.

Nouveau voyage, même rengaine
Mais peu importent les détails de sa visite au mémorial : ce sont les relations judéo-chrétiennes qui seront au coeur de cette visite, avec tout ce que ça peut comprendre comme dérapages possibles.

Essentiellement, le Vatican et sa salle de presse seront de nouveau confrontés à la dite « légende noire » du pape Pie XII, aux accusations d’antisémitisme latent, aux accusations de soutenir des discours négationnistes (en référence à l’affaire Williamson de janvier dernier), aux reproches d’avoir assisté à la conférence Durban II sur le racisme qui avait lieu cette semaine (qui a été boycottée par plusieurs pays en raisons des accusations qui allaient être portées contre l’État d’Israël dans le conflit israélo-palestinien) et, bien sûr, au mécontentement que suscite la fameuse prière pour la conversion des juifs.

Bref, le terrain est glissant. Mais comme ce ne sont pas de nouveaux reproches, le père Lombardi et sa salle de presse ont théoriquement toutes les réponses déjà prêtes. Mais croyez-moi qu’en attendant le mois de mai, ils auraient intérêt s’affairer à les bonifier…