Enquête sur Développement et Paix : « On n’a pas redécouvert l’Amérique ! »

Le rapport d’enquête sur les activités de Développement et Paix (D&P) au Mexique, l’organisme de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), n’est pas encore déposé. Mais il a toutes les chances d’être favorable à l’organisme. Il faudra attendre la fin du mois de mai ou le début du mois de juin pour le voir.

Pour vous remettre dans le contexte : Développement et Paix sous enquête

Le rapport sera écrit par Mgr Currie de Saint-Jean (T-N), Mgr François Lapierre de Saint-Hyacinthe et par Mgr Mario Paquette, secrétaire général de la CECC, des hommes compétents qui ont une connaissance approfondie de l’espagnol et du droit canonique. Ils ont fait le voyage ensemble au Mexique, où ils disent avoir été très bien reçus.

Un voyage utile ?
Pour l’instant, ils ne veulent pas en dire trop sur le contenu du rapport final, mais ils avouent tout de même ne pas avoir fait de découverte majeure… Une réalité parfaitement illustrée par Mgr François Lapierre qui a lancé sur le ton de la rigolade : « On n’a pas redécouvert l’Amérique ! »

Mais blague à part, cela veut essentiellement dire que le voyage au Mexique ne semble pas avoir permis de confirmer les accusations de lifesitenews.com au sujet du soutien à l’avortement. Valait-il la peine de le faire ? Les évêques ont-ils réagi bêtement en « semblant croire » lifesitenews.com ?

Dans les faits, la situation avait pris une telle ampleur dans les provinces anglophones du Canada que les évêques ont été contraints de réagir probablement pour les deux raisons suivantes : sauver la campagne annuelle de D&P et endiguer l’effet domino que cela aurait pu produire, notamment sur leur leadership.

Sauver la collecte annuelle
Chaque année, pendant le Carême, D&P organise une collecte annuelle. Or, suite aux allégations de soutenir des groupes pro-avortement au Mexique, certains diocèses ont réagi fortement. Par exemple, celui de Toronto a gelé l’acheminement de l’argent à l’organisme. Cette collecte annuelle, baptisée Carême de partage, accumule habituellement 10 millions de dollars à travers le Canada, une maigre somme pour l’ampleur de la mission de D&P. L’année 2009 obligera sans doute l’organisme a rationnaliser ses activités puisque la collecte a été nettement moins lucrative que d’habitude.

Endiguer
Le scandale suscité par lifesitenews.com s’est répandu rapidement chez les catholiques canadiens, Internet oblige. Les évêques canadiens devaient tôt ou tard être appelés à réagir, puisque D&P leur est intimement lié. En prenant somme toute assez rapidement les choses en main, ils ont mis fin aux spéculations. Des spéculations qui alimentaient des doutes quant à la qualité du travail de D&P et qui, en nuisant à cet organisme, éclaboussaient les évêques du Canada. Les évêques ont ainsi pu éviter de laisser traîner une situation inconfortable qui mettait non seulement la CECC dans l’embarras au pays, mais également à l’étranger.