Église et Premières Nations : un autre pas conjoint

Un nouveau programme destiné à améliorer le sort des peuples des Premières Nations au Canada était lancé aujourd’hui à Vancouver. Baptisé Avançons ensemble, il vise à amasser 25 millions de dollars en cinq ans. L’argent servira à appuyer des programmes de guérison et d’éducation de la jeunesse. Encore une fois, deux importantes figures de l’amélioration des relations entre les Premières Nations et l’Église catholique au Canada se trouvent côte à côté dans cette initiative.

Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Phil Fontaine (dont le mandat termine sous peu), et Mgr James Weisgerber, archevêque de Winnipeg et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) coprésident la campagne Avançons ensemble. Cette collaboration prend un tout autre sens lorsqu’on connaît l’histoire commune des Premières Nations et de l’Église catholique au Canada, depuis les origines du pays jusqu’à aujourd’hui. Cependant, elle est encore plus significative après l’année qui vient de s’écouler et au cours de laquelle tant d’étapes ont été franchies pour aller de l’avant.

Ce matin, Mgr James Weisgerber a évoqué le passé douloureux de plusieurs autochtones :

« Alors que nombre de personnes des communautés des Premières Nations, inuites et métisses ont trouvé l’espoir au sein de leur famille, le succès dans leur travail et l’épanouissement dans leur vie, d’autres continuent à vivre dans l’ombre d’un passé douloureux. [...] Les fonds recueillis dans le cadre de cette campagne permettront de les aider à guérir leurs blessures et à jouir des mêmes possibilités qui sont offertes aux autres membres de la société canadienne. »

Des communautés autochtones et des communautés catholiques, dont certaines ont même été impliquées dans le sombre épisode des « pensionnats indiens », travaillent conjointement dans le cadre de ce programme.