Gatineau : l’église Saint-Paul détruite par un incendie

Dans la nuit du 10 au 11 juin, un incendie a complètement ravagé l’église Saint-Paul dans le secteur d’Aylmer. Le feu a débuté vers 1h30. Dès 3h00, l’essentiel des dégâts était déjà fait.

C’est une lourde perte pour la ville, puisqu’il s’agissait d’une église patrimoniale datant de 1893, mais également pour l’archidiocèse de Gatineau, qui perd ainsi un lieu de rassemblement pour des milliers de paroissiens.

Selon les policiers de Gatineau, l’incendie serait d’origine criminelle.

Heureusement, les vents étaient légers la nuit dernière, ce qui a évité que les flammes se propagent aux autres bâtiments avoisinants. C’est ainsi que le presbytère a pu être épargné.

Pour l’instant, il est trop tôt pour spéculer sur l’avenir de l’église. Toutefois, les dégâts sont trop importants pour la sauver. Le dossier est désormais entre les mains de la compagnie d’assurances. L’archidiocèse de Gatineau ne possède pas de fonds spéciaux en réserve pour de telles catastrophes.

Messe télévisée
Le 28 juin prochain, la messe de l’émission Le Jour du Seigneur réalisée par la SRC devait être diffusée en direct de l’église Saint-Paul pour marquer la clôture de l’Année saint Paul. Selon mes sources, ce projet n’est pas abandonné, mais il sera nettement modifié.

Une funeste histoire d’incendies
Ce n’est pas la première fois que l’église est la proie des flammes. La fondation et l’érection canonique de la paroisse Saint-Paul d’Aylmer datent de 1840. Une deuxième église construite à cet endroit brûle en 1892 ; la construction de l’église détruite hier soir débute dès 1893. En 1904, le bâtiment est endommagé par un incendie causé par la foudre. Enfin, les flammes ont raison d’elle au cours de la nuit du 10 au 11 juin 2009.

La statue reste dressée
Le clocher s’est écroulé au cours de la nuit, mais la statue du patron de l’église, saint Paul, est restée dressée, abritée par sa niche sur la façade. Selon René Laprise, directeur des communications au diocèse de Gatineau, les gens y ont trouvé une certaine forme de consolation.

Cela rappelle l’histoire de la statue de sainte Anne à la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré. Lorsque la première basilique a brûlé en 1922, les deux clochers se sont écroulés vers l’extérieur, épargnant ainsi la statue de la grand-mère de Jésus. Cet événement a longtemps été vu comme un signe d’espoir par les habitants de l’endroit.

(Photo : The Ottawa Citizen)