Sainte-Anne-de-Beaupré : « c’est souvent l’ombre qui nous permet d’apprécier la lumière »

Sainte-Anne-de-Beaupré : « c’est souvent l’ombre qui nous permet d’apprécier la lumière »

Le père Guy Pilote, recteur du sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré, réagit à l’article intitulé 2009, annus horribilis pour le sanctuaire. Dans cet article publié le 11 décembre, Crayon et goupillon mettait en relief des événements ponctuels malheureux qui ont marqué l’année 2009 au sanctuaire. Or, dans leur bilan d’année, les pères rédemptoristes retiennent avant tout les éléments heureux qui, année après année, scandent la vie du sanctuaire.

« Il est vrai que nous avons vécu des événements malheureux, mais beaucoup plus d’événements heureux, tels que la grande neuvaine prêchée par le professeur Gilles Routhier, ou la Grande fête de la Côte-de-Beaupré qui a connu un succès extraordinaire. Il y a aussi beaucoup de petits événements de moindre importance, comme le dimanche des Premières Nations, le pèlerinage des Soeurs de Sainte-Anne, sans oublier les milliers de groupes qui viennent en visite ou en pèlerinage », rappelle le père Pilote.

Selon le recteur, « ce fut loin d’être un annus horribilis ».

La récente arrestation d’un père à qui on reproche des gestes à caractère sexuel a attiré une intense pression médiatique sur le sanctuaire. Les pères rédemptoristes ont envoyé un communiqué dans lequel ils indiquent qu’ils ont « une pensée toute particulière pour [les personnes] qui sont et seront touchées de près ou de loin par cette affaire, plus spécialement les présumées victimes et l’accusé ».

Le recteur Guy Pilote jette donc un regard introspectif sur l’année 2009 du sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré. « Au fond, la vie du Sanctuaire, c’est un peu comme nos propres vies : un mélange nuancé d’ombres et de lumières… Et c’est souvent l’ombre qui nous permet d’apprécier la lumière… non ? »