Terre-Neuve : vives tensions autour d’une église historique

Terre-Neuve : vives tensions autour d’une église historique

Une récente tentative de retirer en catimini les bancs d’une église historique à Terre-Neuve a récemment fait monter d’un cran des tensions déjà exacerbées autour de l’avenir du bâtiment délaissé depuis maintenant six ans.

Douze résidents de la ville portuaire de Portugal Cove, dans la péninsule d’Avalon, sont intervenus à la mi-avril pour empêcher un homme à bord d’une camionnette de partir avec les bancs de l’église anglicane St. Philip. Celui-ci a indiqué que des responsables de la paroisse lui avaient demandé d’apporter ces bancs pour les utiliser pour en faire des étagères dans la nouvelle église de la paroisse St. Philip située à proximité. Suite à l’arrivée de la police, l’homme a dû remettre les bancs en place.

Le bâtiment de 1894 est au cœur d’une controverse après qu’une demande de démolition de la part de la paroisse rejetée par la ville. Les responsables de la paroisse St. Philip voulaient démolir l’église pour agrandir le cimetière. Parallèlement, un mouvement citoyen s’est formé pour demander que l’église soit sauvée, voire transformée en musée.

Le soir du mardi 30 mars, le Conseil municipal a voté en faveur de la préservation de l’église. Dès le lendemain, au petit matin, un spectaculaire acte de vandalisme a provoqué la chute du clocher. La ville cherche encore des suspects.

Cette même journée, le Conseil municipal de Portugal Cove a organisé une réunion publique extraordinaire où l’église fut officiellement et unanimement déclarée bâtiment historique. Malgré cette décision, les tensions demeurent vives.