« Le nom de Martin convient tout à fait pour cette clinique »

« Le nom de Martin convient tout à fait pour cette clinique »

Une nouvelle clinique pour traiter des patients atteints du VIH/SIDA ouvrait ses portes vendredi à Bujumbura, au Burundi. Baptisée Clinique Father Martin Royackers, son nom rend hommage à un jésuite canadien assassiné en Jamaïque il y a dix ans.

« Le nom de Martin convient tout à fait pour cette clinique. Ce jeune jésuite engagé en pastorale sociale est mort pendant son ministère, au service des pauvres », a expliqué le père jésuite Yamuremye Désiré, directeur de Service Yezu Mwiza, un centre dont le nom signifie « Jésus compatissant ». La clinique accueille autant les malades que les enfants dont les parents sont morts du SIDA.

Le père Royackers a grandi en Ontario. Ordonné en 1988, il est parti pour la Jamaïque en 1994. Dans le cadre de son travail pastoral, il a défendu les familles dont les terres étaient convoitées par des promoteurs sans scrupule. Cette prise de position lui a attiré l’hostilité de certains d’entre eux. Le père Royackers est mort d’une balle tirée à bout portant le 20 juin 2001.

Pour les Burundais
Au Burundi, environ 110 000 personnes sont porteuses du VIH. Le SIDA a laissé jusqu’à présent 120 000 enfants orphelins.

Le Service Yezu Mwiza a débuté ses activités en 2008, et son lancement officiel a eu lieu en janvier 2009. Pour apporter les soins appropriés aux patients, la clinique devait installer des lits. Or, il était impossible de le faire puisqu’elle n’était pas propriétaire de ses locaux. C’est face à ce besoin que le projet de construire une nouvelle clinique a pris forme.

La clinique inaugurée vendredi a été financée grâce à des collectes effectuées au Canada et aux Pays-Bas. La mère de Martin Royackers, Joanne, et sa sœur Mary-Ann, étaient présentes pour l’occasion.

***

Photo : le père Désiré en compagnie d’employés et de patients.