Vie et mort des églises : nomenclature des cas récents

Vie et mort des églises : nomenclature des cas récents

Au cours des dernières semaines, divers événements concernant le sort de plusieurs églises québécoises sont venus changer le visage du patrimoine religieux de la province. En voici un bref panorama.

À Laval, un incendie a complètement rasé une ancienne église dans la nuit du 20 septembre. Le bâtiment ne servait plus au culte depuis plusieurs années et avait été racheté par la ville à la paroisse Saint-François-de-Sales. En attente d’une nouvelle vocation, l’église servait de local communautaire et d’entrepôt pour des meubles usagés destinés aux pauvres. L’incendie serait d’origine criminelle.

Reconstruction
Lundi prochain, à Gatineau, une réunion importante aura lieu au sujet de la reconstruction de l’église Saint-Paul d’Aylmer. Des représentants de la ville, du provincial et du fédéral seront présents pour discuter de chaque palier de gouvernement dans la reconstruction. Cette église historique a brûlé le 11 juin 2010.
À Joliette, l’évêque Gilles Lussier vient pour sa part d’autoriser la Fabrique de Sainte-Émélie-de-L’Énergie poursuivre les efforts de reconstruction d’un centre paroissial qui prendra la relève de l’église rasée par les flammes en 2007. Il y aura un appel d’offres au début de l’année 2011, et un chantier pourrait être ouvert au printemps. La fabrique espère que le nouveau bâtiment sera prêt pour Noël 2011. On ignore combien coûtera le projet, mais l’argent des assurances devrait suffire. La nouvelle « église » prendra en fait des allures de salle multifonctionnelle pouvant accueillir un peu plus de 180 personnes.

Reconversions
À Drummondville, l’ancienne église Saint-Philippe pourrait avoir une deuxième vocation bientôt. Quatre investisseurs locaux sont sur le point de créer un projet qui combinerait musique, danse et cuisine. Selon eux, la ville a déjà donné son accord. L’ouverture pourrait avoir lieu au début de l’année 2011.

À Sherbrooke, le CÉGEP de la ville a inauguré officiellement son nouveau pavillon le lundi 20 septembre dans l’ancienne église Très-Saint-Sacrement, reconvertie pour pallier au manque d’espace du collège. Le CÉGEP a acheté l’église en 2008 avec le soutien financier du ministère de l’Éducation, des Loisirs et des Sports pour un montant de 310 000 $.

Enfin, à Boischatel sur la côte de Beaupré, l’ancienne église fermée au printemps sera reconvertie en centre d’hébergement pour personnes âgées autonomes. La municipalité avait racheté l’église lors de sa fermeture, mais le maire Yves Germain confie maintenant la reconversion à un promoteur qui s’engage notamment à créer une salle communautaire et une cour intérieure. Ce promoteur a déjà reconverti  le presbytère en résidence pour personnes âgées en perte d’autonomie.

Fermeture et démolition
Pendant ce temps, à Val-d’Or, des citoyens s’opposent à la démolition de l’église Saint-Joseph prévue dans quelques semaines si la fabrique ne parvient pas à vendre le bâtiment. Ils demandent que l’église soit préservée avec une vocation communautaire, et souhaitent un moratoire sur les permis de démolition ou de changement de zonage.

À la frontière avec le Québec, l’évêque d’Ottawa, Terrence Prendergast, célébrera le dimanche 26 septembre la dernière messe de l’église Saint-Charles-Borromée, à Vanier. L’annonce de la fermeture a eu lieu en juin. Les paroissiens se joindront à ceux de la paroisse Marie-Médiatrice-de-toutes-les-Grâces. Cependant, un projet de réaménagement est à l’étude. Celui-ci pourrait mener éventuellement à une réouverture de l’église. À suivre.