La première sainte canadienne rentre chez elle

La première sainte canadienne rentre chez elle

La première sainte née en sol canadien rentrera chez elle la semaine prochaine. Dans une cérémonie historique qui se déroulera les 8 et 9 décembre, les restes de sainte Marguerite d’Youville (1701-1771) seront translatés à la basilique de Sainte-Anne-de-Varennes, dans le diocèse de Saint-Jean-Longueuil.

Le 8 décembre, le départ de Montréal des Restes de sainte Marguerite d’Youville sera souligné par une célébration à la basilique Notre-Dame dans le Vieux-Montréal. L’accueil aura lieu à 14h00 et sera suivi d’un temps de vénération en présence des Restes. À 15h00, le cardinal Jean-Claude Turcotte présidera la célébration eucharistique. Par la suite, la translation aura lieu, et les restes seront accueillis à 19h00 à la basilique Sainte-Anne à Varennes.

Le déplacement de ses restes s’inscrit en marge du départ des Sœurs de la Charité de Montréal – les « Sœurs Grises » – de leur Maison mère située sur la rue Guy, au centre-ville.

Le lendemain, à 14h30, une célébration eucharistique aura lieu dans la basilique, et ses restes seront ensuite déposés dans le tombeau qu’on y a aménagé spécialement pour la sainte.

Cet événement historique coïncide avec le 20e anniversaire de sa canonisation. Le 9 décembre 1990, le pape Jean-Paul II l’a canonisée en lui attribuant le titre de « Mère à la charité universelle ».

Marguerite d’Youville est née à Varennes le 15 octobre 1701. Elle est la première sainte née en sol canadien. Arrivée à Montréal en 1719, cette femme de grande foi a marqué spécialement l’histoire de la ville par sa compassion envers les plus démunis. Elle est décédée le 23 décembre 1771. Ses Restes reposent depuis 1871 à la Maison mère des Sœurs Grises, rue Guy. Les Sœurs Grises quitteront cette Maison dans quelques années.