Paul-André Durocher, nouvel archevêque de Gatineau

Paul-André Durocher, nouvel archevêque de Gatineau

Ceux qui souhaitaient voir Paul-André Durocher succéder au cardinal Jean-Claude Turcotte en tant qu’archevêque de Montréal devront revoir leurs projections, puisque le jeune évêque d’Alexandria-Cornwall a été nommé archevêque de Gatineau le 12 octobre.

Souvent présenté comme l’une des étoiles montantes de l’épiscopat canadien, Paul-André Durocher faisait partie des noms qui circulaient pour prendre la relève de l’archevêque de Montréal. Ou de plusieurs autres évêques du Québec, dont celui de Québec. Parfaitement bilingue, il succédera plutôt à Mgr Roger Ébacher sur le siège épiscopal de Gatineau. Cette nomination survient moins d’une semaine après le 75e anniversaire de naissance de Mgr Ébacher. Il sera donc le nouveau voisin de l’influent Terrence Prendergast, l’archevêque d’Ottawa.

Mgr Durocher s’est chargé lui-même de l’annoncer au plus grand nombre possible en publiant la nouvelle sur son statut Facebook peu après 8h00 mercredi matin. « Aujourd’hui, le pape me nomme archevêque de Gatineau! Today, the Pope named me Archbishop of Gatineau! Oremus pro invicem », a-t-il indiqué sur le populaire site de réseautage.

Plus familier que certains de ses confrères avec les moyens de communication actuels, Mgr Durocher tient aussi un blogue sur lequel il publie à l’occasion quelques réflexions.

Né à Windsor en 1954, Paul-André Durocher est l’aîné d’une famille de sept enfants. Il fut ordonné évêque le 14 mars 1997 à titre d’évêque auxiliaire du diocèse de Sault-Ste-Marie (Ontario). Le 26 avril 2002, il devint évêque d’Alexandria-Cornwall où il inaugura son ministère pastoral le 17 juin 2002. Son arrivée à Alexandria-Cornwall fut marquée par la gestion d’un scandale d’abus sexuels, doublé d’une crise de confiance envers diverses institutions, dont le diocèse catholique.

En effet, au cours des décennies 60, 70 et 80, plusieurs cas d’abus sexuels ont entaché la réputation du diocèse de Cornwall. Le juge Normand Glaude a rendu publiques le 15 décembre 2009 les conclusions de la commission d’enquête qu’il a présidé depuis quatre ans et demi pour faire la lumière sur des allégations d’agressions sexuelles par des pédophiles. L’Église catholique était au cœur de plusieurs allégations et plusieurs de ses prêtres ont été accusés. Sans surprise, elle a été durement critiquée dans le rapport. Mais elle n’était pas la seule institution blâmée. Le gouvernement provincial, de même que les policiers, ont également été sévèrement critiqués. Ce 15 décembre 2009, immédiatement après la conférence de presse du juge Glaude, l’évêque d’Alexandria-Cornwall, Mgr Paul-André Durocher, avait réitéré ses excuses officielles au nom des autorités diocésaines, un geste qui a été apprécié par la population et qui a aidé à établir son leadership sur la scène publique.

À 57 ans, Mgr Durocher fait partie des jeunes évêques canadiens. Il est présentement cotrésorier au sein du Bureau de direction de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), mais pourrait être appelé à y occuper de plus hautes fonctions dès la prochaine assemblée plénière de la CECC qui se déroulera du 17 au 21 octobre, et au cours de laquelle le Bureau de direction sera renouvelé. Certains le voient éventuellement devenir président de la CECC d’ici quelques années.