Les archevêques de Toronto et de Québec cardinaux en février?

Les archevêques de Toronto et de Québec cardinaux en février?

Les archevêques de Toronto et de Québec pourraient devenir cardinaux dès février 2012. Les noms de Mgr Thomas Collins et de Mgr Gérald Lacroix circulent actuellement en prévision du consistoire qui devrait avoir lieu en février 2012 et au cours duquel plusieurs archevêques recevront la barrette cardinalice.

Plusieurs sources romaines ont confirmé à la presse locale qu’un consistoire serait en préparation. Il s’agirait déjà d’un quatrième consistoire sous le pontificat de Benoît XVI. Lors de ceux de mars 2006, novembre 2007 et novembre 2010, Benoît XVI a déjà créé 62 cardinaux, dont 50 avaient alors moins de 80 ans.

Benoît XVI disposera d’un minimum de 13 barrettes cardinalices à remettre s’il veut respecter la règle du nombre maximum de 120 cardinaux électeurs.

Plusieurs observateurs s’attendaient déjà à ce que l’archevêque de Toronto, Mgr Thomas Collins, devienne cardinal lors du consistoire de novembre 2010. Placé sur le siège épiscopal de la Ville Reine en 2006, Mgr Collins semble être le premier candidat potentiel pour la création d’un nouveau cardinal canadien. Son prédécesseur, le cardinal Aloysius Ambrozic, décédé à l’âge de 81 ans en août 2011, était le seul cardinal anglophone canadien. Ce décès augmente théoriquement les chances de voir Mgr Collins devenir cardinal cet hiver.

Toutefois, la nomination de Mgr Gérald Lacroix pour succéder au cardinal Marc Ouellet à l’archevêché de Québec au début de l’année 2011 vient brouiller les cartes. Car si Mgr Collins représente le premier choix « logique » attendu depuis longtemps au pays, Mgr Lacroix représente certainement le premier choix « symbolique ». En effet, l’archevêque de Québec est le Primat du Canada, et détient à cet égard un rôle symbolique au sein de l’épiscopat catholique canadien. À ceux qui feraient valoir qu’à 54 ans rien ne presse, il faudrait rappeler que l’ancien archevêque de Québec, le cardinal Marc Ouellet, a été nommé archevêque à la fin de l’année 2002 et élevé au rang de cardinal quelques mois plus tard seulement, soit en octobre 2003, à l’âge de 59 ans. Comme quoi rien n’est impossible.

Si l’on tient compte du départ à la retraite imminent du cardinal Jean-Claude Turcotte à Montréal, il n’y aura aucun cardinal à la tête d’un diocèse canadien si jamais Rome ignore les archevêques de Toronto et de Québec lors du prochain consistoire.

Mais les archevêques de Toronto et Québec ne seraient certes pas les figures les plus en vue lors du prochain consistoire. Les archevêques de Prague (République tchèque), d’Utrecht (Pays-Bas) et de Berlin (Allemagne) sont tous de solides candidats. Le pape pourrait aussi puiser dans une liste de noms où figurent les évêques de Tolède et Séville (Espagne), de New York (États-Unis), de Florence et de Turin (Italie), de Malines-Bruxelles (Belgique), de Westminster (Grande-Bretagne), de Bogota (Colombie) ou encore de Rio de Janeiro (Brésil). De plus, plusieurs membres de la curie nommés depuis le dernier consistoire doivent automatiquement recevoir la barrette cardinalice, parmi lesquels de nombreux Italiens.

***

Photo : Mgr Thomas Collins