Campagne d’automne de D&P : texte intégral de la première version

Campagne d’automne de D&P : texte intégral de la première version

Voici le texte intégral de la première version de campagne d’automne de l’organisme catholique Développement et Paix. Il s’agit du document de discussion qui devait accompagner la campagne de cartes postales adressées aux premier ministre Stephen Harper. Les deux images suivantes présentent le recto et le verso de ce document qui a circulé au mois d’août dans des cercles retreints.

La nouvelle version du document de discussion peut être consultée ici. Pour mieux comprendre les différences entre les deux changements, lisez cet article.

Remarquez que cette première version du document de discussion reprenait le même texte que celui de la carte postale destinée au premier ministre canadien.

***

Presque deux mois après l’annulation de la première campagne et l’annonce d’une nouvelle campagne, les réactions demeurent nombreuses et la crise semble loin de se résorber.

Aujourd’hui, Développement et Paix des diocèses de Québec et de Valleyfield ont annoncé qu’ils boycotteront la nouvelle campagne.

Valleyfield :

« Le Conseil diocésain de Développement et Paix du diocèse de Valleyfield réuni en rencontre spéciale pour analyser la crise actuelle à Développement et Paix en ressort particulièrement déçu et indigné de la proposition de campagne d’éducation et de sensibilisation édulcorée proposée par les instances de l’organisme. Demander à des militants et militantes de faire des rencontres de « parlage » plutôt que des actions concrètes qui dénoncent une situation inacceptable, c’est manquer de respect envers ces personnes et leur option. Elles ont choisi Développement et Paix parce que l’organisme s’attaquait aux structures de la pauvreté et avait une vraie option pour les pauvres. Le Conseil diocésain de Valleyfield n’a pas l’intention de mettre de l’énergie sur une campagne sans saveur, sans couleur et sans odeur de justice. »

Québec :

« Lors de la dernière réunion du Conseil diocésain de Québec du 4 octobre, nous avions appris que certains autres Conseils diocésains avaient demandé au bureau national de Développement et Paix, avec l’appui de leurs évêques, le matériel de la campagne d’éducation initiale qui nous permettrait de faire pression sur le Premier ministre du Canada lui demandant de créer une commission parlementaire afin d’étudier les nouvelles orientations de l’Agence Canadienne de Développement international  (ACDI)  et s’assurer que l’engagement du Canada à combattre la pauvreté et les injustices se poursuive. Il a été décidé par les membres de tenir la campagne d’éducation initiale dans le diocèse de Québec.

Malheureusement, comme certains évêques se sont opposés à cette campagne initiale le bureau national de Développement et Paix a décidé de transformer cette campagne d’action envers le gouvernement en campagne d’information et de ne pas envoyer en aucun cas le matériel initiale dans les diocèses, même lorsque les évêques l’approuveraient. Étant donné que nous ne pouvons tenir la campagne que nous souhaitions et qu’en plus le matériel de la campagne remaniée vient tout juste de nous parvenir, nous avons décidé de ne pas tenir de campagne d’éducation cet automne. »

Par ailleurs, L’Entraide missionnaire (EMI) a également décidé de prendre position en écrivant au président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, Mgr Richard Smith, et au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, Mgr Pierre-André Fournier. Cette lettre fait essentiellement état de la « consternation » de l’EMI face au dossier Développement et Paix.

***

À votre avis, quel serait le meilleur moyen pour l’Église catholique canadienne de traiter et de résorber cette crise ? Approuvez-vous ou non les pressions des évêques et les décisions de l’organisme ? Peu importe votre opinion, faites part de votre avis dans les commentaires.