L’actualité religieuse sous le radar au Québec en 2014

L’actualité religieuse sous le radar au Québec en 2014

L’actualité religieuse est passée sous le radar de la plupart des médias québécois en 2014. Selon les données compilées par le courtier en nouvelles Influence Communication (IC) qui a publié son État de la nouvelle annuel peu avant le congé des fêtes, ni les personnalités ni les événements religieux n’ont réussi à se hisser dans le sommet des nouvelles les plus diffusées au Québec au cours de la dernière année.

Pourtant, l’année a été marquée, entre autres, par la création d’un nouveau cardinal à Québec, par la canonisation de deux importantes figures de l’histoire canadienne (Marie de l’Incarnation et François de Laval) et par la saga judiciaire entourant les abus sexuels au Séminaire Saint-Alphonse anciennement dirigé par les rédemptoristes. Même un événement de longue haleine comme le 350e anniversaire de la cathédrale Notre-Dame de Québec n’a pas été en mesure de tirer son épingle du jeu.

« L’année 2014 a été dominée par les sports, la politique provinciale, les faits divers et les nouvelles locales qui ont généré conjointement 52 % de toute l’actualité », indique IC, dont la méthodologie consiste à évaluer le poids médiatique d’une nouvelle sur une période de sept jours.

L’ombre du religieux
Le religieux s’y insère tout de même timidement, mais pas nécessairement là où on l’attendait.

Parmi la liste des 50 nouvelles ayant eu le plus grand poids médiatique au Québec en 2014, le début des audiences publiques de la commission parlementaire sur le projet de Charte de la laïcité arrive en 22e position. À l’automne 2013, le projet de loi 60 du Parti québécois avait donné lieu à un virulent débat public sur la laïcité et la place de la religion dans l’espace public. La campagne électorale au Québec et l’attentat d’Ottawa dominent ce classement cette année.

Dans la catégorie intitulée « bogue de l’année », qui est en fait une catégorie éditoriale dans laquelle IC identifie un événement ou une personnalité qui a connu des ratés médiatiques, la palme est décernée au maire Jean Tremblay de Saguenay.

« En général, le très catholique maire de Saguenay, grand défenseur de la prière en début de conseil municipal et pourfendeur des accommodements raisonnables, est un bon client pour les médias, qui le trouvent « coloré » », indique IC. « On savait déjà que le maire de la septième ville de la province trouvait que les journalistes dans leur ensemble étaient des « pas bons ». On a appris cette année que lorsqu’ils s’occupent de religion, ils en deviennent même des « cruches » », note-t-on sur un ton à moitié amusé.

Au cours de la dernière année, le maire a en effet eu de telles déclarations au sujet des journalistes. Il a surtout fait parler de lui pour son passage devant la Cour suprême du Canada dans le but de défendre la récitation de la prière lors des séances du conseil municipal. La décision du plus haut tribunal au pays devrait être connue en 2015.

Lev Tahor
Dans la catégorie consacrée uniquement à l’évaluation du poids médiatique des « personnalités judiciaires »,  la saga de la fuite et des enfants de la secte juive ultra-orthodoxe Lev Tahor arrive en 22e position. Cette catégorie est dominée sans surprise par la Commission Charbonneau. Le recours collectif contre les rédemptoristes n’est pas mentionné par IC.

Absences notables
Dans les catégories réservées au poids médiatique des personnalités, le pape François est complètement absent au Québec. Les politiciens et les sportifs dominent ce classement. Le top 50 mondial, c’est-à-dire des médias de 160 autres pays dans le monde, place le pape au 23e rang des chefs d’État et des politiciens les plus médiatisés en 2014.

IC note par ailleurs une sous-représentation médiatique pour certains types de nouvelles. « Les valeurs faibles demeurent les mêmes : le tissu social, la pauvreté, les aînés, l’éducation, les jeunes et les autochtones », relève-t-il. L’actualité religieuse n’est donc pas la seule à être reléguée à l’arrière-plan au Québec. Le courtier note par exemple qu’en dix ans, la couverture médiatique accordée à la culture a chuté de 30 % : « Depuis 2013, elle a été dépassée par la cuisine, les technologies et bientôt l’automobile, qui lui grappillent chaque année quelques points de pourcentage ».

Nettement moins qu’en 2013
L’année 2013 avait été exceptionnelle en ce qui concerne le poids médiatique accordé à l’actualité touchant à la religion. Pas moins de neuf nouvelles se classaient parmi les 50 nouvelles les plus diffusées au Québec cette année-là. L’élection du pape François, la renonciation du pape Benoît XVI, le conclave avec Marc Ouellet parmi les papabili et les débats autour du projet de Charte de la laïcité sont autant de sujets qui avaient occupé une place importante dans l’actualité québécoise.